la Sandre, la Crimée. Le repos dans la Sandre  
HOME • LES RAPPELS КЛрЂРК+- •  LA RECHERCHE RU EN BY ES FR UA DE    
le repos dans la SANDRE
  • les Saisons et le public
  • le Transport, le logement, l'alimentation
  • la Nature et les réserves naturelles
  • de l'histoire de la Sandre
  • la Sandre
  • le bourg le Nouveau Monde
  • Gai, Maritime,
  • Kopsel' et le cap de Meganom
  • la Vallée Solaire
  • les Plages et les parcs. Naturizm
  • la Sécurité et l'hygiène
  • les Distractions
  • l'Industrie vinicole, vinolechenie
  • le Prince de L. S de Golitsyn
  • le Raisin, le vin et la santé.
  • les attributs De vin
  • l'Exportation de la vin et le raisin
  • le Calendrier des fêtes
  • le tourisme De piéton. Les rochers
  • Dajving et le sport nautique
  • le tourisme De cheval, la bicyclette
  • les jeux De rôle, pejntbol
  • le Lien, la communication
  • les services Bancaires, l'argent
  • les Conseils aux autotouristes
  • la Carte de la Sandre
  •  
    cela inteesno


  •  
    les sanatoriums de la SANDRE
  • le Sanatorium ' le Vol '
  • le Sanatorium ' le Faucon '
  • le Sanatorium MO de l'Ukraine
  • le Sanatorium des Forces aériennes
  • le Pensionnat ' le Diamant '
  • le Pensionnat ' Stellaire '
  • ' De Lvov '
  • le Pensionnat ' le Nouveau Monde '
  • le Pensionnat ' le Zénith '
  • la Base du repos ' le Lever '
  • la Base du repos ' Ikar '
  • la Base du repos ' le Nouveau Monde '
  • DOL ' l'Olympien '
  • la Chambre d'enfant b/o ' Courageux '
  •  
    cela inteesno








  •  
    la carte
    ru - by - es - en - ua - de - fr
     
    $, €, RUR, le temps dans la Sandre


     

    о_Судаке. Moscou-sandre-Moscou

    MOSCOU-SANDRE-MOSKVA.

    LE PROLOGUE.

    Helsinki le 12 Mai 2007.

    "-р°р tumbaj, lasha =ѕьсрщЕ" - on dénonçait de la salle la voix d'Andreï Danilko à natsistkoj au calot (lui Veerka Serdjuchka). Plusieurs on ne sait pourquoi entendaient distinctement non lasha tumbaj, mais rasha gudbaj (Russia Goodbye - au revoir la Russie à la traduction de l'anglais).

    ***

    - La Russie a donné à l'Ukraine 8 points. La Russie a donné 8 points notamment à l'Ukraine, et non Veerke Serdjuchke.




    Moscou Juin 2006.

    De la lumière contrôle le courrier électronique. Les nouvelles lettres est absentes. J'écrirai une paire des lignes à Anton au sujet toi j'aime beaucoup et j'attends et il faut se réunir.


    ***
    Par le sentier conduisant de la rue de Pavel Korchagina jusqu'au passage De Riga le matin d'un tel Juin de 2006 on pouvait remarquer de trois femmes : deux avec les sacs lourds et une avec le sac à dos gros après les épaules : Verochka (ainsi elle était appelée comme les amis, sans regarder l'âge), Lina (Anguelina) et la Lumière.
    Les femmes se dirigeaient vers le quai Malenkovsky pour le plus tôt possible s'asseoir au train électrique jusqu'aux métros Du Komsomol pour avoir le temps sur le train jusqu'à … mais de là-bas Liinu et Lumière devaient déposer à la Sandre. Verochka était accompagnant.
    Derrière le quai durait le bois, mais le parc-forêt les Fauconniers plus souillés par les pièces de papier et les paquets des cigarettes le parc de Moscou après le parc de la Culture (le nom du parc sonne avec la moquerie, n'est-ce pas ?) est plus exact . La lumière aimait la région verte, y compris lui beaucoup mieux, que, par exemple, le métro De Prague ou les alentours du port Du sud fluvial non est poussiéreux ainsi, plus tout près du centre au sens jusqu'à tout il est proche. Mais le soir ici était confortable ainsi dans les avenues ombragées semi-sombres. Mais il y avait un mais : il y avait là, peu de quartiers résidentiels : pratiquement unes institutions qu'à l'écart des métros Alekseevsky que le long de la rue de Kibal'chicha que du côté de la rue de Boris Galushkina, mais à la quatrième partie durait en général le parc-forêt : il ne suffit pas les jeunes gens pour faire connaissance. Voici prendre quand même le métro Babushkinsky : du centre loin, pratiquement la périphérie, par contre un tas de quartiers résidentiels : vit à beaucoup de peuple en particulier les jeunes gens est avec qui fait connaissance. Voici peut-être c'est pourquoi chez elle et personne pour les sérieux : il y a deux, mais Anton n'est pas prêt à se marier, mais le Pacha l'accro du boulot apparaît au coup par coup. Elle vivrait quelque part sur Babushkinsky serait beaucoup plus des possibilités de faire connaissance.

    ***
    Sur l'entrée au métro Du Komsomol du bal le tas à peuple : tout avec les ballots, plusieurs ballots rappelaient les blocs immenses : la place de trois gares, comme aucunement. S'étant frayé un chemin À peine sur l'escalier roulant dans toute cette foule et ayant gagné en bas la trinité s'est assise au train. Sur De Koursk il faut sortir. Le temps avant le départ du train est encore.


    La gare-sandre. Juin 2006

    - Anguelina Vassilievna ?
    - Mais vous Julian ?
    - pojd±mte, je vous mettrai à la voiture.

    ***
    La voiture emportait sur la vitesse folle, Lina même a eu peur, ayant regardé l'indicateur de vitesse, Svetlanku amusait cela.


    ***
    La sandre s'est trouvée confortable, mais la ville poussiéreuse : il fallait laver tout le corps et la tête selon deux fois par jour. En premiers jours du séjour à la Sandre la ville était étudiée dans les moindres détails, où quels magasins, où quelles curiosités. Particulièrement la Lumière est restée dans la mémoire la forteresse Sudaksky : la vraie ancienneté. Et dès qu'un tel là se plaçait plus quantité à peuple ? L'affaire était le soir et tout était éventé de quelque obscurité serovato-bleuâtre, était très romantique, ainsi doucement, est tranquille ainsi. Svetlana parlait mentalement à Anton : elle l'aimait beaucoup, et il lui était toujours agréable de parler comme ça avec lui. Il y a longtemps ne se voyaient pas à cause de sa mission.
    De la marche à la forteresse Sudaksky chez Svetki sont restées les photos, un de qui était offert à Anton, mais deuxième est affichée au mur dans sa pièce.


    ***
    La première grande excursion. La fin de Juin de 2006.

    Toutes les excursions dans la Sandre commençaient tôt le matin, mais plusieurs d'eux sans regarder cela s'achevaient le soir tard un tel il y avait une excursion au Jardin des plantes et ensuite dans Alupku et Aloushta. On avait sinistrement trop chaud, et le seul sauvetage était l'autobus d'excursion.
    Le soleil du sud non cela que dans la zone moyenne et dans les latitudes nord. Si à Moscou et la banlieue de Moscou de la Lumière comme le sauvetage du soleil chaud portait ouvert topy et tressait les cheveux, bien que dans la vie ordinaire marche seulement avec les boucles congédiés (la Lumière faisait tout le possible pour que sur elle tournent de l'attention pour qu'au moins une jeune personne prêt aux relations sérieuses lui a fait l'attention à cette fin elle marchait dans les jupes (plus tôt à mini maintenant jusqu'au milieu du genou) égalisait régulièrement la coiffure et tâchait élégamment de s'habiller (autant son salaire de famine et l'aide du côté de la mère) permettait et même essayait est peint en blonde, mais quand n'a pas aidé, a passé sur est clair-cheveux aubères (la vraie couleur de ses cheveu sombre-de châtaignier roussâtre); cela ici la femme (probablement, quand même encore la jeune fille) marchait tranquillement avec congédié (si n'était pas trop poussiéreux dans la rue) et même jetait quelque chose par dessus pour se cacher à l'influence des rayons du sud.

    ***
    - A bronzé faiblement, - Anton lui dira.
    - Simplement le soleil du sud m'est nuisible.
    - Tout. J'ai compris.


    ***
    Topik chez Svety sera trop ouvert et il lui faut mettre le blouson jean, ensuite elle la retirera, mais il lui sera mauvais ainsi qu'elle l'habillera de nouveau (plus tard passera sur l'aspect fermé des blouses d'été pour ne pas se déshonorer et rien à la chaleur par dessus ne pas jeter).
    Le jardin des plantes s'est trouvé comme-ci, comme-ça. Par contre il était plus loin d'une manière beaucoup plus intéressante : le guide potrjasajushche racontait, mais le prenant le plus a commencé quand les transportaient selon le téléphérique dans les montagnes. La tanche on réussit à choisir le raccourci et ont résulté les photos magnifiques fait directement de la cabine, selon qui les transportaient Svetlana craignait que sera terrible (elle craignait paniquement la hauteur) mais n'était pas terrible.

    Puis à la chaleur tous se levaient sur un petit monticule, et ensuite de nouveau selon le téléphérique à l'inverse.

    Le soir tous les fatigués et exténué étaient amenés non cela à Alupku, non cela à Aloushta non cela à quelle autre ville, où leur ont donné le temps pour manger devant le voyage "фюьющ" aux pensionnats.


    La sandre du même nombre.

    Enfin de la Lumière et Lina de la maison. On peut se laver, être lavé et se mettre au lit. Dieu merci, l'eau chaud est. Parfois pendant la nuit au lieu de l'eau chaude lançaient un frais et froid, mais Svetka trempé pouvait laver comme de et la tête par l'eau fraîche
    Regarder la télé il y avait déjà tard, mais à la télé sur le Russe seulement une publicité et les concerts, c'est pourquoi de lui ne peuvent pas regarder non seulement les étrangers, mais même la partie immense de la population locale, qui ne parlent pas ukrainien.

    La sandre quelques jours plus tard.

    Lina et la Lumière étaient sur la plage vers eux s'est assise la femme de Kharkov, venant souvent à la Crimée se reposer.
    La femme : Voici vous connaissez, pourquoi je n'irai jamais à la Russie. Parce que Boris Nikolaévitch a arrangé avec la Tchétchénie. Terriblement. Soudain qu'arrivera.
    Lina tentait de lui expliquer quelque chose, mais est infructueux.



    La sandre qu'était plus loin.

    Lina et Svetlana étaient dans la Sandre déjà plus de deux semaines : ils ont eu le temps d'aller sur tous les aspects des excursions, y compris Bahchisaraj et le Planétarium. Ils ont eu le temps de visiter à Koktebele (qui au temps soviétique s'est appelé Planersky) s'affliger que les musées (à qui ils étaient heureusement déjà, quand trois ans se reposaient de suite à Planersky) étaient fermés et se promener simplement selon le parc et à la baie Calme à la voie de qui par lui il faut éteindre l'incendie d'intérêt local, faire connaissance avec une jeune fille intéressante, qui voyage par la Crimée de la ville vers la ville, mais apprend sur l'interprète et avec les gens plusieurs autres.

    Mais ont chargé les pluies. Il Fallut rester dans la Sandre et marcher selon le magasin j'achète les souvenirs et Svetiny les esprits aimés.

    Mais puis il fallait aller à Moscou. En passant sur la gare ils descendaient à Feodosiya au musée Ajvazovsky (de la Lumière adorait ses tableaux, mais ensuite il lui a ennuyé un peu, la vérité dans le musée la jeune fille aimait).



    Moscou. Juillet 2006.

    Le train s'est approché à la station. Rencontrer est sorti tout le même Verochka.
    Svetka était contente de revenir ainsi à Moscou natal, qui scintillait jusqu'à la douleur par les feux natals, en connaissant que l'attendent, s'en sont ennuyés, faire irruption dans l'appartement …


    Moscou quelques jours plus tard.

    Anton : Salut.
    De la lumière : Salut.
    Anton : Comment vas-tu ? Comment est allée ?

    Anton embrasse à la Lumière et il lui est bon ainsi. Enfin elle est revenue chez soi.


    l'Auteur : Sergeeva Svetlana Ni
    Est installé : 6 01 2007
    Est examiné : 1 fois ()
    L'Estimation du récit : Top of All 

    [ écrire le rappel ]

    [ les rappels des touristes - une principale page ]


    © le Repos dans la Sandre 2004-2009. À la réimpression des documents installé sur le site, l'hyperréférence directe sur le Repos dans la Sandre est strictement obligatoire